Force Démocratique Haïtien Intégré - FDHI

L’ Accession d'une Nouvelle Génération de Jeunes Politiciens
AN NOU FÈL YON LÒT JAN  www.democratiefdhi.com

INFORMATION GENERALE (BLOGS)

view:  full / summary

Pétion-Ville, Haïti Le 7 juin 2022 EXHORTATION A L�??UNITE NATIONALE Une nouvelle alternative basée sur une réalité perçue et non divulguée. Une obligation de demander aux Etats Unis d�??intervenir selon les traités et Accords signés entre l

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on July 3, 2022 at 5:30 PM Comments comments (21)

Son Excellence M. Joe Biden, le Sénat et la Chambre des représentants des Etats Unis, M. Ariel Henry, Chefs de Partis Politiques, Peuple Haïtien, Jeunesse Haïtienne, les femmes, les Handicapés, la Diaspora Haïtienne à travers le monde entier et les Jeunes Armés illégalement dans le pays.

 

Point besoin de faire un étalage de nos problèmes sociaux politiques et économiques et des souffrances de notre peuple fatigué par la politicaillerie insupportable et abusive des politiciens traditionnels et de la prolifération explosive des jeunes armés qui terrorisent la nation. C’est avec amertume que nous observons notre histoire décapitée par nos propres frères et encore une fois nous observons notre pays devenir le centre d’attraction du monde entier qui s’attend en silence à une explosion sociale qui peut se produire à n’importe quel moment.

 

Ou menm avèm nap goumen pou respè atik 138 ak 149 Konstitisyon 1987 la depi prèske dezan e depi lontan mwen rete konvenki ke nou pral demontre kapasite nou pou n ini yon fwa pou tout sou chwa yon moun kòm Prezidan Pwovizwa ki ta yon chwa konstitisyonèl san troub e san patipri. Aksyon saa mwen te sètènman panse tap ini nasyon nou an nan dènye moman kritik e trajik sa yo men, mwen te trompem. Mwen te panse ke Lakou Kasasyon t ap rete, malgre feblès li yo, sèl enstitisyon ki te ka reponn a apèl konstitisyonèl de dènye moman sa yo e mwen reyalize ankò kem te trompem.

 

Peuple Haïtien ou que vous soyez, partis politiques quelque serait votre vision ou objectif, vous aviez tous faillis à votre responsabilité citoyenne par votre silence et par votre insensibilité premièrement à laquelle vous porta à ridiculiser le Juge Joseph Mécène Jean Louis, un homme aussi respectueux, crédible et honnête qui a eu le courage de dire qu’il était prêt à servir son pays et vous avez tous également contribué à la destruction du Magistrat Mme. Wendelle Thélot Coq victime de persécutions politiques pour son désir de servir sa patrie et ses possibilités incontestables d’accéder à la haute Magistrature Suprême de l’Etat. Nou idantifye gang yo kòm ènmi pèp la e nap pale de Gouvènman Defakto ki eritye de yon konplo pou detwi pèp la men, nou pa janm gen kouraj poun gade tèt nou kòm konplis nan destriksyon san eskiz nasyon sa a ki fatige ak tout abi sa yo ak eksplwatasyon de pwòp pitit li.

 

Yo te asasinen Jovenel Moise nan nwit ki te ale de 7 a 8 jiyè 2021 la, li te fèt tèlman rapid nan yon bat je, ke nou pat gen absoliman anyen nou te kapab fè pou evite lanmò li...men, ki sa nou fè ak Konstitisyon nou an? Nou tòtire l pandan prèske kat lane, nou anpwazonnen l, tou dousman nou touye l epi nou rete sèlman poun antere l...et nous prétendons avec une certaine fierté pompeusement dire que la « Constitution est en veilleuse ». Certainement les auteurs intellectuels ne peuvent en aucun cas tirer profit du crime.

 

Vous avez honteusement avec un plan bien machiné, bien consommé pour l’exécution préméditée de notre Constitution déjà boiteuse. Un manuscrit monté sur un plan bien précis contre ses propres fils et plus spécifiquement contre ceux de la Diaspora. Men sa ki fè yon peyi se konstitisyon l, lwa l, fwontyè l, koulè drapol ak pèp li.

 

Vous avez mis le peuple dos à dos et plus de 300,000 armes de guerre et de munitions dans les mains de jeunes que vous avez convoités et aujourd’hui nous voyons l’effet de vos actions reproduire sur des enfants de moins de 12 ans. Que pouvez-vous attendre de ces jeunes qui soudainement se voient donner une opportunité d’accéder rapidement à une gloire teintée de crimes et de richesses mal acquises?

Ou menm Jèn gason ki gen zam ilegal nan menw nan peyia, mwen pap relew BANDI, paske nan jye pam, ou pa BANDI. Ou se viktim tout vrè BANDI yo epi ou anba efè entoksikan zam ou yo ki baw yon fo enpresyon kew gen yon pouvwa pèmanan ki malerezman se pou yon ti tan e ki pral mennenw an ba tè si ou pa pran konsyans. Gou anmè vyolans sa a kap pouse w laa, mwen mande w jodi a pou w kontwole l. Tandans saa kap pousew la, mwen mandew pouw kanpe sou li kounyea. Sispann fè travay yon lòt moun oswa travay lòt antite, sispann lagè fratrisid ki deklare e ki pa jistifye. Pèp la bezwen respire e ou bezwenl tou. Depoze zam ou pitit gasonm epi bay popilasyon an rout poul al chache lavil kew nan Matisan, nan Kwa dè Boukè oswa lòt kote. Bay popilasyon an chimen travay li, chimen la vil. Pèp la bezwen retounen nan nòmal li e map komanse avèw, paske ou menm tou ou bouke nan kondisyon ke yo metew laa ansanm ak tout frèw yo.

 

Quand à vous M. Ariel Henry, représentant officieux non légitimé par le peuple Haïtien qu’avez- vous fait de l’héritage qui vous a été légué par le défunt Jovenel Moise? Rien de vraisemblable qui justifierait une action au profit du peuple, au contraire, vous n’avez absolument rien fait en vue de combattre l’insécurité qui paralyse la nation et rien non plus qui encouragerait l’investissement dans le pays. Si vous prétendez avoir fait quelque chose vous avez tout simplement empiré la situation et même empiré la vôtre. Aujourd’hui, aucun investisseur sensé ou aucune entité internationale n’oserait penser à investir en Haïti à cause de cette infection socio politique qui gangrène chaque jour. M. Ariel Henry, actuellement vous représentez un obstacle à l’avenir politique du pays et aux investissements qui pourraient sauver notre peuple assoiffé d'emplois et de meilleures conditions de vie.

 

Et... , quand à vous les politiciens traditionnels prenez un moment pour revisiter l’histoire de ces dernières années ou vous êtes tous témoins d’un peuple que vous avez piétiné et que vous avez humilié pandan li te bò kote w e avè w ap mande jistis sou beton an ak respè konstitisyon an. Ou te chwazi kenbe l sal, nan grangou, swaf ak san kote poul rete, kounyea se kouri lap kouri kite katye l, li pa konnen ki kote pou ale...

 

Si en toute évidence constat est fait que la Constitution a été éliminée et qu’on serait dans l’impossibilité d’installer le Juge Me. Joseph Mécène Jean Louis ou la Juge Mme. Me. Wendelle Thélot Coq suivant les Articles 138 et 149, ou même tenter l’installation d’un Conseil National de Gouvernement [CNG] avec ces deux juges avec l’introduction d’un Troisième Membre choisi par le Secteur Privé, il serait avéré de dire que ceci en effet reflèterait une certaine considération à la Constitution. Alors et alors seulement que la décision d’avancer reflèterait une vraie Démocratie dans un pays de droit tel que prôné par les États Unis d’Amérique mais, certainement pas la décision de M. Ariel Henry et non plus celle d’un groupe ou des groupes qui sont tous responsables activement ou passivement des malheurs de la nation Haïtienne.

 

Yon desizyon konsa te ka desizyon pèp ayisyen an, men mwen pap fèm ilizyon, mwen pa tap janm ozem ankouraje pèp la al kanpe an fàs fòs saa. Pandan plis pase yon syèk, pèp la te prive de tout bagay, li te ridikilize pa tout moun san yon siy de konpasyon. Pa trò lontan de sa, yo te bal manti dèyè barikad kawotchou kap boule, kote yo te fèl konprann ke barikad yo se te lavni l. Yo dezabiye Pèp Ayisyen an, yo metel toutouni, yo fè frèl koupe tèt li, epi kounye a yo finn itilizel, li rete san zabri e san espwa. Pèp la bouke e li pa ka sipòte ankò.

 

Son Excellence M. Joe Biden, Honorable Sénateurs et Membres de la Chambre des Représentants des Etats Unis d’Amérique, j’ai l’honneur aujourd’hui de vous adresser informellement dans cette horrible et critique situation dans laquelle Haïti se trouve.

 

Haïti est aujourd’hui à un carrefour de notre histoire ou nous nous trouvons face à une réalité que nous ne pouvons continuer à ignorer. La pratique de culpabilité imposée sur votre pays pour au moins un siècle a été plutôt un mal contre notre nation au lieu contre la vôtre. Pour tout ce temps les accusations de votre ingérence n’ont jamais cessé et la raison est pourtant simple: nos dirigeants, pour une raison ou pour une autre ont fait silence et n’ont jamais informé le peuple du Traité entre les Etats Unis et la République d’Haïti signé le 16 Septembre 1915, l’Accord de 1994 pour le retour de Jean Bertrand Aristide, l’Accord de 2003 - 2004 pour le départ d’Aristide, l’Accord avec Gérard Latortue et les Accords avec Michel Martelly et plus récemment avec Jovenel Moïse en 2019. Ce Traité et ces Accords ayant en commun pour objets nous pensons, le renforcement de l’amitié existant entre les deux pays, le redressement de l’état actuel des revenus et des finances d’Haïti, le maintien de la tranquillité de notre République, et l’exécution des plans de son développement économique et de sa prospérité. Regardez Monsieur le Président et très chers Honorables ou en sommes-nous aujourd’hui…

 

Je vous exhorte au nom du peuple Haïtien à en prendre connaissance de ce Traité et de ces Accords et faire ce qui est nécessaire pour restaurer la paix en Haïti avec l’installation immédiate d’un Gouvernement Intérimaire. Point besoin de vous dire que Haïti est devenu un pays de non droit, ce que d’ailleurs vous ne souhaiterez pas. Haïti est aujourd’hui un pays sans Gouvernement, sans Constitution et sans Institution qui a besoin de votre attention soutenue et directe. Il n’y a plus de place ici pour la diplomatie, elle a été éliminée avant même sa naissance comme la Constitution qui est mise en veilleuse. Nous avons échoués à toutes les tentatives diplomatiques, en particulier lorsque nous traitons avec un Gouvernement De Facto et tout soutien de ce gouvernement, qu’il soit politique ou économique, serait en violation du Traité et de tous les Accords qu’Haïti a signé avec les Etats Unis. Nous sommes seulement qu’à moins d’une heure de vol des côtes de la Floride, ne fermez pas vos yeux et n’ignorez pas vos engagements envers nous. Vous avez la plénitude du pouvoir, raffermissons nous et resserrons nos liens d’amitié avec la plus cordiale coopération démocratique pouvant assurer nos mutuels respects et avantages.

 

Pèp ayisyen, mete kouraj sou ou fàs a verite saa, mwen konnen kel pa ka fèw byen men, se yon verite ke nou dwe konprann e aksepte. Prezidan Louis Borno te fè sa li te panse nesesè e enpòtan poul te sove nasyon an, lòt prezidan yo fè sa ki te nesesè pou sove tèt yo.

Aujourd’hui, Monsieur Joe Biden et les Honorables Membres du Sénat et Membres de la Chambre des Représentants j’espère que vous ferez ce qui est nécessaire dans l’immédiat pour la restauration de la Démocratie et la paix en Haïti et nous profiterons de cette occasion pour amender ou renégocier le Traité de 1915 et réviser les Accords de 1994 à 2019 avec le prochain gouvernent élu des prochaines élections.

 

Chers CONCITOYENS, nous devons, au milieu de ces conditions inconstitutionnelles, choisir de périr ou de vivre, où le choix de vivre garantira l’avenir de cette génération et celles qui viendront. Etre orgueilleux, non intelligents et non progressifs risque de nous couter notre terre précieuse qui est l’envi de toutes les nations.

Ce Gouvernement Intérimaire aura pour mission d’assurer la sécurité des vies, des biens et des immeubles et aplanir le terrain socialement, politiquement et économiquement en vue de la réalisation des prochaines élections dans un but spécifique d’éliminer ce système politique qui a fait échec. Ainsi, nous créerons les possibilités nécessaires pour la renaissance et l’amendement de notre Constitution lâchement lapidée et assassinée par un groupe d’avares de pouvoir animé purement et simplement par des intérêts personnels et non ceux du pays.

 

Jodi a, nan moman saa, ou menm avèm ak tout moun ki vle travay pou liberasyon peyi Dayiti a, gen yon desizyon ke nou dwe pran pou avni peyi nou an. Nou dwe INI NOU pou nou di NON a tout tantativ pou kontinye detwi nasyon nou an e pou nou di WI pou konstriksyon ak devlopman ekonomik, sosyal e politik peyi d’Ayiti.

 

Nan non Fòs Demokratik Ayisyen Integre-FDHI, mwen lanse apèl saa, a tout kouch sosyete nou an kote paka genyen : ni "pèp an o, ni pèp an ba", ni katolik, ni pwotestan, ni vodouyizan, ni mason, ni nwa ni milat, ni rich, ni pòv. Sosyete nou an vin tounen yon labatwa kote nou tout ap soufri san eksepsyon a koz rezilta krim Gran Trayizon sa a ki se ekzekisyon premedite Konstitisyon nou an.

 

Yon sèl nasyon, yon sèl pèp, yon sèl peyi : AYITI

 

Vive Haïti et vive la liberté.

 

 

UNE VISION UN REVE UNE REALITE

 

Dr. Eddy Delaleu                                                                                                                                                                                                              Secrétaire Général - FDHI                                                                                                                                                                                         Audiologiste,Speech Pathologiste

 

La problématique d'une crise politique et sa solution inévitable NOTRE PROPOSITION DE SORTIE

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on January 14, 2021 at 10:10 PM Comments comments (435)

11 Janvier 2021 

Chers concitoyens,

Salutations patriotiques à la presse, à la nation Haïtienne, aux membres du parti, à toute la Diaspora dispersée dans le monde mais indéniablement avec leur cœur ici avec nous en Haiti et plus spécialement à tous les jeunes hommes et jeunes femmes qui se sont engagés dans la lutte pour créer une nouvelle Société sans exclusion.

Le Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, n’est pas un parti politique pro-gouvernemental. Nous sommes un parti de l’opposition…, une opposition ayant la capacité d’apprécier les actions concrètes de ce gouvernement et de porter des critiques constructives, innovatrices et même radicales sur toutes actions qui seraient contraires aux intérêts communs de la nation.

Aujourd’hui est le deuxième lundi du mois de Janvier. Un jour qui symboliquement marquerait l’entrée en fonction de nouveaux élus… mais, malheureusement ce n’est pas le cas. Il est évident que M. Jovenel Moïse a raté toute opportunité ou peut être a adroitement refusé d’organiser des élections qui est une attaque flagrante contre notre jeune Démocratie. Aujourd’hui deuxième lundi du mois de Janvier 2021, M. Jovenel Moïse se tient haut et fort comme le seul élu de la nation et, avec un dédain patriotique fait fi du temps constitutionnel et prétend qu’il pourrait accomplir en un an ce qu’il n’a pas pu réaliser en quatre (4) ans.

Le Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré - FDHI veut encourager notre société à avoir une compréhension générale non biaisée de la situation et la direction que le pays droit prendre pour sortir de ce marasme destructeur de démocratie et de droits humains pour lesquels nous nous sommes combattus pour plus de 35 ans. Une stabilité nationale politique, économique et sociale est essentielle au progrès de toute nation mais la nôtre est menacée depuis plus de trois ans et encore plus durant l’année 2020 en raison d’un Exécutif incompétent et improductif des grands besoins de la population et qui a continué avec mépris à s’aventurer dans son intérêt personnel en quête d’impunité, en ignorant totalement les cris d’un peuple assoiffé de ses besoins de base, d’emplois, de bienêtre et de justice.

Il n’est pas question de fanatisme ou de partisannerie où le laisser faire serait une acceptable solution, nous devons tous, quel que soit notre appartenance politique, constaté que cette situation socio-politique et fatale dont nous sommes témoins chaque jour où personne n’est épargnée est inacceptable et qu’elle mérite l’attention particulière de chacun de nous.

Où se cachent donc nos hommes et nos femmes de cette grande majorité silencieuse? Il est temps que vous sortez de cette somnolence et répondre aux cris de cette nation en pleur, une nation à genoux qui refuse plus que jamais à accepter le Statu quo et dire non à la Dictature. Quelque chose droit finalement changer pour de bon, c’est aujourd’hui ou jamais de créer un pays, tel qu’envisagé par nos ancêtres. Notre espoir du [Nèg Bannan nan] s’est dissipé en fumée depuis plus de trois ans. Nous avons été tous terriblement trompés et ridiculisés. Malheureusement il est trop tard dans un monde trop vieux, il n’y a rien, absolument rien que M. Jovenel Moïse puisse nous dire pour nous convaincre autrement. Selon la Constitution, il est indéniable que son mandat prendra fin le 7 Février 2021.

Le 4 Novembre 2019, dans une Note de Presse, nous avons fait une proposition que nous continuons à maintenir. Plus d’un an plus tard, nous constatons encore qu’une Transition est inéluctable quand l’Exécutif insiste à travers des tentatives inconstitutionnelles pour installer un Régime Autoritaire et en s’appuyant au Temps Politique au lieu du Temps Constitutionnel alors que sous son administration, ce régime devient de jour en jour un régime dévastateur des Droits Humains et de la Démocratie où le crime et le kidnapping deviennent une affaire de chaque jour et oserait même penser à faire un Compromis Politique pour une prolongation de mandat.

Après toute analyse nous sommes aujourd’hui convaincus qu’une décision sage, du Président de la République serait de reconnaitre que son mandat prendra fin le 7 Février 2021. Cette décision éviterait que l’exaspération du peuple ne passe pas à une insurrection, ce qui serait dangereuse pour notre histoire et qui sans nulle doute, aggraverait la situation socio-politique du pays, la tranquillité régionale et même nos relations internationales.

En mettant tout fanatisme et intérêts personnels de côté, la question c’est: comment faire face au départ imminent et inévitable du Président de la République? Quelle direction prendre pouvant éviter la répétition des fourberies du passé et finalement restaurer la démocratie?

Notre, décision de sélectionner un Président Provisoire droit être basée sur des ordonnances justes et légitimes qui montreraient que nos intentions, de rompre avec toutes pratiques malicieuses, sont sérieuses et justifiées pour le changement que nous prônons. Cela montrerait notre grandeur face à notre peuple et au monde entier et fera la fierté de cette jeunesse combattive de 16 à 35 ans qui risque sa vie chaque jour derrière des barricades enflammées et piégées, une jeunesse infatigable et déterminée à prendre part aux incessantes manifestations, sur du béton incandescent, bravant même les décharges répressives et fatales de la Police Nationale défiant un gouvernement apparemment absent, décrié par une grande majorité de la population et indexé dans plusieurs cas de corruption.

Ainsi, nous membres du Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, dans cette problématique d’une crise politique de solution inévitable, présentons à la nation tout entière la PROPOSITION DE SORTIE suivante:

Choisir un Président Provisoire de la Cours de Cassation sous une base légitime et constitutionnelle malgré les ambiguïtés de nos constitutions. Ce choix prouverait que cette lutte ardente et passionnée était réellement contre la fraude, la tromperie, la corruption et le mensonge. La Constitution de 1987 Amendée (Version Créole) est notre seule alternative à cette crise dans le choix d’un Président Provisoire en écartant toute personne qui serait soupçonnée ou qui serait complice dans un cas de corruption.

1- Fixer la durée de la Transition pour une période ne dépassant pas un (1) an, le temps amplement suffisant pour préparer un nouveau départ et organiser :

a- Le premier tour des élections Législatives et Présidentielles, et...

b- Organiser au deuxième tour les élections Législatives, Présidentielles et les élections Municipales qui mèneraient à l’installation d’un nouveau Président élu le 7 Février 2022 et qui serait d’accord que son mandat prenne fin le 7 Février 2025.

2- Intégrer la jeunesse représentative dans l’Administration de l’Etat, en mémoire des jeunes guerriers et des journalistes qui ont été assassinés durant ces dernières années en défendant la cause populaire et qui serait qualifiée pour le poste administratif nommé.

3- Initier la Restructuration du Système par la formation d’un Conseil de Gouvernement National Provisoire (CGNP) qui sera composé initialement d’un Exécutif, ayant à sa tête le President Provisoire (le Juge le plus ancien de la Cour de Cassation) et assisté d’un Vice-Président et de trois (3) Conseillers (Administratif, Politique et Economique) et d’un Conseil Administratif composé de plusieurs secteurs membres de la société haïtienne. Le Conseil de Gouvernement National Provisoire sera légitimé par le Pouvoir Judiciaire.

4- Réduire le nombre des Ministères. Le Conseil de Gouvernement National Provisoire mettra fin à la Primature et réorganisera la structure de l’Etat et le rendra plus effectif en aménageant et réduisant l’existence de certains Ministères et automatiquement créera une augmentation des ressources étatiques qui pourront desservir la société Haïtienne à des fins éducatives, sociales, culturelles et autres. Ce gouvernement qui aura à sa tête le Président et le Vice-Président de la République, qui sera constitué de onze (11) ministères qui sont considérés essentiels au bon fonctionnement de l’Etat.

5- Créer de meilleures conditions d’emplois pour nos policiers, professeurs et le corps médical. Le Conseil de Gouvernement National Provisoire élaborera un plan d’amélioration de condition de travail pour les employés de l’Etat et plus spécialement les policiers, les professeurs et le corps médical en leur assurant un salaire équitable, un environnement de travail sain et une assurance de santé pour eux et leurs familles. Cette initiative sera l’un des premiers pas vers une paix d’esprit, la stabilité et la sécurité physique et sanitaire de tous.

Voulant aboutir à une nouvelle société, nous espérons que cette Transition sera la Dernière, reflétant le départ d’un tout nouveau système qui n’adoptera pas l’impunité qui trop longtemps a servi d’excuse pour abriter des violateurs restés impunis jusqu’à aujourd’hui.

Le Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI fait appel à tous les acteurs politique de s’entendre et arriver à faire une synthèse des recommandations afin que nous ayons une seule PROPOSITION qui serait implémentée dans cette transition provoquée par M. Jovenel Moïse qui sans hésitation avait reconnu la fin du mandat des Sénateurs, des Députés et des Municipalités en attaquant grossièrement notre démocratie pendant qu’il joue sur l’ignorance du peuple. Mais, il s’est terriblement trompé en sous-estimant la valeur intellectuelle de cette jeunesse qui veut faire les choses autrement. Le peuple a compris que ce jeu de dernière minute n’est autre qu’un prétexte pour construire une ligne de défense pour lui et ses associés. M. Jovenel Moïse a créé son propre échec pour lequel, l’histoire ne lui pardonnera pas.

Le peuple Haïtien ne peut et ne veut plus être bafoué avec des Compromis Politiques. Aujourd’hui, il est réveillé et est plus intelligent. Il demande beaucoup mieux pour sa survie et son bienêtre et réclame honnêteté et transparence de nos gouvernants. Il réclame et exige que justice soit faite sans préjudice aucune et ceci dans le plus bref délai.

Malheur à nous autres décideurs à notre carrefour d’histoire, si nous devrions prôner cette transition à travers des décisions illégales et frauduleuses, des lobbyings payés et armés basés sur des intérêts politiques personnels et non ceux de la nation. Nous aussi, l’histoire nous jugera et les conséquences pour nous seront pires et inimaginables.

Pour une fois et pour le respect de nos ancêtres, appliquons les normes justes et légitimes.

ANN FÈL YON LÒT JAN

Dr. Eddy Delaleu                                                                                                                                                                                                        Secrétaire Général-FDHI

 

COMMUNIQUE DE PRESSE Réponse au Communiqué de Presse du 2 Novembre 2018 du CORE GROUP

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on July 9, 2019 at 12:45 AM Comments comments (107)

Messieurs, Mesdames du CORE GROUP:

En mon nom, le Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI et le peuple Haïtien en général, je vous remercie pour votre Communiqué de Presse aujourd’hui en date du 2 Novembre 2018 dans lequel vous aviez exprimé votre souci pour la jeunesse et la société civile haïtiennes. Il est vrai que nous sommes en tant que pays dans un état démocratique embryonnaire, mais notre engagement ne s’est pas notamment traduit par la mobilisation du 17 Octobre 2018 mais plutôt traduit depuis les années qui précèdent 1804.

Contrairement à ce que vous aviez noté, il est dans notre opinion que notre gouvernement n’est pas totalement clair sur la lumière demandée par le peuple sur le dossier PETRO CARIBE. Contrairement à votre opinion, la Police Nationale n’a pas été du tout professionnel face à des gens non armés qu’elle a abattus alors que ces gens exprimaient leur liberté d’expression à travers des manifestations pacifiques. Comme vous autres, nous condamnons tout acte de violences perpétrées par le peuple contre des personnes, les biens publiques ou privés ou tout acte de violences perpétrées par la Police Nationale contre le peuple. Il est dans notre intérêt en tant que responsables de Parti Politique de souhaiter une stabilité qui est notre seule garantie de survie pour sortir notre peuple dans cette misère atroce ou non seulement il est exploité par tous mais encore plus par ses propres dirigeants. Nous, en tant qu’opposition modérée, avions pris la responsabilité à travers plusieurs communiqués adressés au Président de la République dans le but de sauvegarder cette démocratie que nous exhaussons et cette légitimité que nous supportons.

Nous vous complimentons de cet appel aux Trois Branches du Pouvoir qui est pour nous une assurance d’existence que nous avions perdue. Certainement Messieurs, Mesdames les Ambassadeurs il nous faut un Dialogue National mais ce dialogue doit commencer avec le Président Monsieur Jovenel Moïse qui doit clairement montrer sa volonté exclusive de garantir maintenant même, pas plus tard, que la Justice soit faite sur la gestion des fonds PETRO CARIBE. Nous cherchons beaucoup plus que vous la stabilité des institutions qui est témoignée par notre document de Proposition d’un Nouveau Système de Gouvernement et de notre Projet de Société que certains de vous aviez reçus. Encore plus que jamais nous souhaitons des élections mais soyons sérieux que nous devons tenir compte en temps et lieu des priorités existentielles d’un peuple et d’une jeunesse perdue sans espoir qui font toujours face à des jours noirs et beaucoup plus difficiles jour après jour sans les services sociaux de base en quête d’immigration parfois sans destination et sans retour.

Aujourd’hui, le Parti Politique Force Démocratique Haïtien-FDHI souhaite une collaboration sans ambigüité ou les intérêts d’Haiti et de toute nation amie d’Haiti soient égalitaires pour mieux répondre à cette absence d’infrastructures, d’emplois et de cette vague de misère qui semble perpétuée sur une nation dit-on être modèle de LIBERTÉ.

Recevez Messieurs, Mesdames du CORE GROUP, nos salutations patriotiques.

ANN FÈL YON LÒT JAN

Dr Eddy Delaleu, D.D, Secrétaire Général-FDHI

mb : DED

cc : Bureau Exécutif National, Coordination Nationale

REACTION AU COMMUNIQUE DE PRESSE DU BUREAU DE LA PRESIDENCE - RENCONTRE DES TROIS POUVOIRS LE 19 NOVEMBRE 2018

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on July 8, 2019 at 12:55 AM Comments comments (159)

Pétion Ville, le 20 Novembre 2018

Après un silence prolongé du Président de la république témoin de la situation critique qui transcende notre nation pour déjà quelques mois, les trois pouvoirs sous la directive de l’Exécutif ont finalement réalisé la nécessité d’une rencontre dans le cadre du dialogue continu. Nous ne croyons pas nous rappeler quand ce dialogue avait commencé. Combien beau serait ce tableau bien avant les actes meurtriers qui ont jeté le deuil sur les familles de jeunes policiers et celles de jeunes manifestants. Quand donc prévention serait-elle le premier acte des intentions de nos dirigeants?


Nul n’est besoin d’être savant pour comprendre qu’un peuple sans emploi et bafoué de mensonges est prêt à faire une révolte sans précédent. L’anarchie devient la norme et le peuple risque de prendre en main une justice arbitraire ou il juge, condamne et exécute. Des programmes d’apaisement social, suffiraient-ils à sécher les pleurs de plusieurs familles ou d’une nation fatiguée de ses propres réactions toujours face à des gouvernements sans actions?


Le pays est au bord du chaos avec des évènements, des actes discrétionnaires qui décrivent notre société pour ce qu’elle n’est pas. Président Jovenel Moïse et son gouvernement dans l’incapacité de résoudre la crise a préféré l’alimenter par des actions qu’on n’espérerait pas d’un Chef d’Etat; son manque de clairvoyance, sa ténacité de décider seul, son silence face à la montée du drapeau Noir et Rouge, son absence à Vertière et tant d’autres, ont dérangé encore pire la stabilité de son gouvernement et celle de la nation.


La fausse confession d’un soit disant « Bandit » qui a été forgée sur la perception négative des Parlementaires est encore aujourd’hui une preuve de comportement maléfique, anti-peuple d’un système qu’on droit chambarder si on veut sauver cette génération et celles qui viendront de ces actions et perceptions synonymes de pure vérité. Pour plusieurs jours déjà les images barbares des actions sanguinaires et antisociales défilent dans les réseaux sociaux et sans montage font une disgrâce à notre société et notre Diaspora si fières, vaillantes et si courageuses. Des cadavres sans noms, des personnes perdues sans familles font le met des cochons dans l’attraction puante des milliers de mouches de la Croix des Bossales et de la Saline. L’absence d’un gouvernement face à un peuple en transe ou leurs actions semblent en dehors de ce siècle résultent dans une inconscience de leur vraie situation en réaction aux actions de corruptions répugnantes des dirigeants pour lesquels ils demandent que justice soit faite. Alors comment donc résoudre les problèmes liés à l’insécurité après les faits ? Certainement cela prendra beaucoup plus de temps avec un dialogue incertain d’un secteur dont la majorité est composée d’une opposition farouche. En effet, le Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI encourage les réponses concertées des trois pouvoirs mais, leur réalisation ne sera pas facile faute d’une évaluation conjoncturelle décidée un peu trop tard par l’Exécutif.


Dans le cadre de prévision de ce qui pourrait être pire dans une situation presqu’incontrôlable nous devons en tant que nation perdue dans le temps et dans les magouilles perpétuelles, de renverser l’histoire et de nous mettre d’accord pour avancer dans un Etat de Droit. Dans l’idée que M. Jovenel Moïse démissionnerait, plusieurs suggestions arbitraires circulent les medias sociaux. Aujourd’hui entant que peuple conscient des causes de notre souffrance sociale, économique et politique latente, nous avons le choix de répéter les erreurs du passé ou bien de décider ensemble d’avancer avec un choix légitime et représentatif qui nous permettrait d’avancer dans une nouvelle direction et une nouvelle perspective. Dans une situation proche du chaos, il parait tout ce qui nous reste apparemment de légitime est le Pouvoir Judiciaire. La Constitution Amendée de 1987 sans un referendum qui n’a pas été légalisée a été violée, fraudée par le Parlement et nous a accouché la dernière transition avec M. Privert comme Président de la dernière transition qui a été une touchée flagrante à la confiance Nationale et à nos institutions spécialement celle du Parlement. Si nous voulons évoquer une nouvelle direction sans controverse nous n’avons autre choix que d’éliminer ce jeu ambigu de ; quelle Constitution utiliser pour mieux garantir nos intérêts ? Nous devons en finir avec cette démagogie autorisée et légalisée sous la couverture du Parlement. On utilisera la Constitution de 1987 qui retourne la responsabilité du Pouvoir Exécutif au Président de la Cour de Cassation suivant l’Article 149 en cas de démission du Président de la République.


Quel que soit notre appartenance politique, le moment est venu ou nous devons tous ensemble nous mettre d’accord de prendre une direction une fois pour toute, la bonne direction qui sortira notre peuple de la misère et de constants dérapages sociaux et politiques. Le moment est aussi venu si M. Jovenel Moise devrait trouver une entente nationale de garantir un support dans la réalisation du dialogue continu tel que évoqué par les trois pouvoirs et attesté par l’Exécutif.


Le Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI veut profiter de cette opportunité pour demander à nos amis internationaux spécialement les Etats Unis d’Amérique, la France et le Canada pour ne citer que ceux-ci; de soutenir et de supporter cette décision constitutionnelle et démocratique et de ne pas intervenir avec des propositions de quiconque qui serait en dehors de la Constitution de 1987 suivant l’Article 149. Par contre nous encourageons la poursuite légale de toute personne concernée qui serait impliqué dans des actes de corruptions à caractères internationaux. La collaboration Diplomatique de ces nations avec la nôtre reste idéale avec un statut égalitaire sans discrimination aucune.


Aujourd’hui le peuple haïtien face à cette déchirure sociale et politique est plus a jamais conscient à prendre une nouvelle direction de liberté et de croissance avec le réveil du soi et de pays qu’a causé la crise Petro Caribe. Le peuple est clair et décisif de ce qu’il aspire à être un nouveau climat de paix, d’anti-corruption et de développement économique ou la misère et les montagnes d’immondices seraient une chose du passé. Avec réserve, nous attendons l’harmonie nécessaire pour un meilleur fonctionnement de l’Etat suivant la promesse de l’Exécutif dans la réunion tenue le 19 Novembre au Palais National dans le cadre du Dialogue continu entre les trois Pouvoirs de l’Etat.


Que ces jours sombres ou plusieurs personnes ont vainement perdues leurs vies soient le propulseur de notre nouvelle liberté. Vive Haiti et vive un peuple libre et prospère.


Dr. Eddy Delaleu D.D, Secrétaire Général, FDHI

mb : Dr.ED

CC: Bureau Exécutif National, Coordination Nationale, Directeurs de Média

REACTION AU PREMIER MESSAGE DU PRESIDENT M. JOVENEL MOISE le 21 Novembre 2018, 5 jours après les évènements sociaux-politiques qui ont secoué la stabilité de la Nation Haïtienne

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on July 8, 2019 at 12:35 AM Comments comments (108)

Nous, au sein du Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, saisissons cette opportunité pour complimenter le Président de la République Monsieur Jovenel Moïse pour son courage de finalement s’adresser à la nation dans la soirée du mercredi 21 novembre 2018. Ce message aurait bien évité la perte de vies de plusieurs de nos policiers et celles de plusieurs manifestants s’il avait été délivré au moins le lendemain de la manifestation du 17 octobre dernier. Ce serait en effet une action préventive de telles dérives dont les signaux ont été clairs les 6, 7 et 8 juillet de cette année et à travers plusieurs de nos messages audio-visuels et Notes de Presse pointant sur les possibilités catastrophiques de ces mésaventures.

L’absence de mesures concrètes de l’Exécutif et la passivité du Gouvernement sont la cause de la détérioration meurtrière de la situation et ont contribué à empirer l’état déjà misérable de notre population. Nous aurions préféré voir un Président face à la nation saisir la responsabilité de la conséquence de son insouciance, de son silence face à un défi devant la montée du drapeau Noir et Rouge et par son absence à Vertière en une occasion solennelle dont la présence Présidentielle même pour quelque minutes valoriserait la mémoire de nos ancêtres. Ce manque de réponse et cette absence ont affaibli la présidence et tout ce qu’elle représente. Par le manque d’actions aujourd’hui nous sommes tout près de faire face au pire avec la présence d’une force militaire étrangère de notre pays voisin, la République Dominicaine selon la Charte de l’OEA. C’est un risque à éviter vu l’histoire critique de ces deux pays alors que nous avons du mal à envisager la cohabitation de ces deux nations sous l’égide d’une occupation militaire à cause de notre incapacité de gérer nos différends et créer notre propre stabilité.

Mes chers compatriotes, au nom du Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, c’est avec le cœur triste que je vous parle aujourd’hui après les manifestations des derniers jours qui risquent de persister et qui m’interpellent au plus haut point.

Je constate avec beaucoup de peine que des citoyens, des citoyennes et même des enfants perdent leurs vies et leurs biens. La situation se détériore, les portes des établissements scolaires sont fermées, le commerce est paralysé, les produits de première nécessité sont à prix d’or et notre gourde ne vaut plus rien.

Peuple haïtien, cet état chaotique de la vie nationale ne peut plus continuer. Moi, Dr. Eddy Delaleu, Secrétaire Général du Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, fais appel aujourd’hui à la lumière de la paix dans la conscience des membres du Gouvernement Jovenel-Céant, de toutes les filles et de tous les fils de la nation. Le Président de la République M. Jovenel Moise et son Gouvernement, s’ils veulent sauver ce qui reste de la stabilité gouvernementale et ce qui reste de la stabilité nationale doivent passer immédiatement des paroles aux actes car, nous ne pouvons plus continuer à descendre dans les gouffres du malheur comme est la tendance depuis ces derniers temps.

Je condamne avec rigueur tous ces actes de barbarie alors que Vertière se défile de notre mémoire de peuple souverain. C’est le moment, en cette heure où nous devons nous questionner sur notre avenir de peuple. Qui voulons-nous être : une nation sans un Chef d’Etat ou une terre de non droits prenant notre pays en otage? Est-ce possible que nous laissions une telle tragédie se jouer à nos yeux? Allons-nous nous laisser voler notre dignité de peuple, nos âmes et notre paix?

Je dis non, j’appelle à vous tous, différents secteurs de la nation et plus spécifiquement les Partis Politiques de se rejoindre dans une coalition pour des réflexions sérieuses sur l’avenir de notre pays. Les responsables de ces exécutions sommaires de même que tout individu faisant obstacle à l’émancipation du peuple haïtien doivent être jugés conformément à la loi et sur ceci, nous devons nous mettre d’accord.

N’avons-nous pas les compétences à travers notre Jeunesse et notre Diaspora totalement exclues de notre système politique, n’avons-nous pas les Institutions? Dans le cas contraire, nous continuerons tout droit vers le chaos et il n’y aura absolument rien que puisse faire le gouvernement. Il sera alors trop tard pour y remédier à cette triste dégradation d’un peuple en quête de liberté économique. Pour éviter le pire, la paix de notre nation doit passer par la légalité en évitant de répéter continuellement les mêmes erreurs.

Nous avons le droit de connaître la paix, le travail, la santé, la scolarisation de nos enfants, l’épanouissement et le développement. Je sais que vous aimez votre pays, notre pays. Nous voulons avoir un pays formé de gens honnêtes, compétents prenant au sérieux leur liberté et leur fraternité. Nous ne voulons pas de ces actes malhonnêtes directs ou indirects qui contribuent à la perte de nos enfants. Peuple Haïtien, je vous convie tous donc, quel que soit votre appartenance politique, à la réforme urgente et immédiate du soi pour le bien-être de la nation entière.

Nous ne savons pas ce que nous réserve l’avenir mais, les actions aujourd’hui du Président de la République M. Jovenel Moïse et de son Gouvernement décideront du sort de notre nation.

J’ai une conscience patriotique à respecter et vous tous, sans distinction, vous avez la vôtre. Prenons ensemble la responsabilité de sauver notre pays.

Dr. Eddy Delaleu, D.D                                                                                                                                                                                                Secrétaire Général, FDHI

cc: Bureau Exécutif National, Coordination Nationale, Directeurs de Média

MESSAGE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, M. JOVENEL MOISE

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on July 8, 2019 at 12:20 AM Comments comments (117)

Pétion Ville, le 9 Novembre 2018


Monsieur le Président,

Encore une fois au nom du Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, je prends l’opportunité pour vous adresser sur la situation critique qui dégénère de jour en jour dans le pays.

J’ai fait appel à votre bonne foi et à votre conscience du cri d’un peuple dont la grande majorité vous désapprouve, pour que vous preniez des décisions claires et honnêtes sur le dossier Petro Caribe, le propulseur de cette crise qui menace la stabilité de votre gouvernement et la tranquillité de notre société fatiguée et laissée pour compte. Le peuple haïtien aujourd’hui est plus que jamais plus intelligent et plus exigeant, il mérite votre attention. On ressent la terreur dans tous les quartiers populaires et encore plus dans la Métropole et les grandes villes de provinces. Les familles sont aux abois, le secteur privé des affaires et les petits et moyens entrepreneurs sont inquiets et le peuple encore plus des épithètes douteuses qu’on lui afflige.

Nous faisons face à une situation de sauve qui peut ou plusieurs des indexés dit-on liquident leurs biens mal acquis, départent le pays fuyant les répressions judiciaires, aussi bien ceux qui n’ont rien à faire avec ce dossier indicateur de malheur parce que vous insistez à ne pas prêter attention. Les plus économiquement capables s’enfuient vers le pays voisin ou ailleurs, l’international bientôt mettra ses citoyens résidant dans notre pays en état d’alerte à cause de ce qu’il ressent pour être une révolution sanglante et irréparable.

Monsieur le Président vous n’êtes plus en campagne, nous ne savons vraiment pas où sont vos priorités. Notre pays est au bord d’un chaos socio-politique et apparemment vous semblez insensible à cette condition où le moins intelligent ou le moins concerné perçoit la situation pour être extrêmement grave. Je vous prie de vous ressaisir pendant que vous avez encore le temps de sauvegarder votre Intégrité et sauvegarder la nation en péril. Pourtant, Il est bruit que vous dépensez de fortes sommes d’argent pour apaiser la fureur d’un peuple révolté mais sachez Monsieur que cette stratégie ne sauvera pas la nation au contraire vos actions enflamment la situation et elles causeront beaucoup plus de mal.

Face à cet obstacle pour lequel apparemment vous n’avez pas de solution, il serait mieux de convoquer la nation pour annoncer votre démission aussi bien celle de votre gouvernement. Les Parlementaires aussi coupables qu’ils sont dans le dossier Petro Caribe, les violations de la constitution, et faux usage de la constitution amendée, seraient très sages d’en faire autant.

Cette décision sera la meilleure nous envisageons qui puisse éviter cette catastrophe.

La Cour de Cassation étant la seule Institution légale et moins conflictuelle prendra en charge la relève, suivant la constitution de 1987, pour assurer une transition incontestable ou seule la loi servira de boussole dans un vrai État de Droit.

Recevez Monsieur le Président mes salutations patriotiques.

Dr. Eddy Delaleu, D.D                                                                                                                                                                                                  Secrétaire Général, FDHI

APEL A YON KOEZYON NASYONAL

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on July 7, 2019 at 1:40 PM Comments comments (104)

Pétion Ville, 27 Oktòb 2018

NÒT POU LA PRÈS 

Lèt ouvè a Prezidan Repiblik la, M. Jovenel Moïse

Mesye Jovenel Moïse, Prezidan Repiblik la

Prezidan, 

Nou menm, nan Pati Politik Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, te pran nòt de efò kew eseye fè nan lavaj antouraj ou nan Palè Nasyonal sou dosye PETRO CARIBE a. Osi byen ke nou anvi konplimantew men Prezidan, konsta lavaj antouraj ou a pa klè e li gen anpil desepsyon la danl, li enkonplè, li maske e li inakseptab.

Ou wè Mesye Prezidan, tankou janm te diw nan denye mesaj mwen an ; li nan enterèw ak enterè peyi a pouw koute avèk anpil atansyon a rèl pèp la. Pèp la pa stipid e malgre problèm sosyal yo ak problèm ekonomik yo, pèp la non sèlman vinn pi rezistan, men tou, li vinn pi entelijan.

Pandan ke nou kondanne tout konpòtman kraze brize yo, map profite poum di pèp la ke mouvman sa a PETRO BIZANGO ki kòmanse pa trò lontan, se pa objektif mouvman PETRO JISTIS la, li se pito yon devyasyon de yon ti gwoup kap kreye yon distraksyon ki kontrè a lit pou jistis ke mas popilasyon an ap reklame. Destriksyon pwopriyete prive ak pwopriyete piblik se pa jistis saa nap chache. Nou prefere yon lòt fòm presyon pou nou asire nou ke nou gen la lwa bò kote nou.

Malè ap siyonnen sou tèt peyi d’Ayiti. Ou menm Mesye Prezidan e ou menm sèlman gen pouvwa pou bese chalè saa e evite sa mwen konsidere yon koze ki ka vinn pi mal pou peyi a. Prezidan, ou ta dwe jwe wòl de yon RASANBLÈ e pouw ta pran avantaj de kriz saa pouw ta mete ansanm tout moun nan diferan Pati Politik yo kap reve pou Ayiti ta vinn yon nasyon tout bon vre, tout kouch nan sosyete nou an anvan li vinn twò ta pou ou. Ou ta dwe sezi opòtinite sa a pouw mete Ayiti devan tout lòt bagay e menm anvan pwòp tèt ou. Yon KOEZYON NASYONAL trè enpòtan nan tout aksyon klè ak aksyon onèt ou ki ka enspire konfyans nan yon pèp ki pa kwè nan ou ankò. Men pa kont, li pa janm twò ta pouw ta fè sa ki bon... 

Pwoblèm peyi d’Ayiti pi grav toujou pase kriz PETRO CARRIBE a. Si ou pa pran sanw ak tout lusiditew ki nesesè pou fèw konprann konsekans yo, listwa pap padonew. 

Pati Politik Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI vle fòmèlman avètiw Prezidan, ke yon sèl bagay pouw fè prese prese se chache janw konnen pouw bloke depi nan manmèl katastwòf imen sa kap vini sou nou laa. Se sèlman lidèchip ou ak kapasitew pouw sakrifye tèt ou pou yon nasyon kew te fè sèman pouw travay pou byenèt sosyal li ak byenèt ekonomik li, ki ka anpeche boulvèsman imèn saa.

Pandan ke nap preche l’Inyon fè la fòs, an nou pa kite dezinyon nou fè feblès nou. Mwen menm, Dr Eddy Delaleu, la vey mwa Novanm ane 2018 la, fè apèl a tout nasyon an pou nou fè yon sèl jodi a; kew nan sektè prive, sektè piblik oswa lòt sektè yo; kew se Pwotestan, Katolik oswa Vodouizan; kew se Desalin ou Petion, kew sòti lavil ou nan mòn, kew se fanm ou gason, jèn ou granmoun, polisye ou sivil: mwen mande nou tout jodi a menm pou NOU INIFYE NOU avèk yon sèl objektif pounn sove Ayiti nan jou fè nwa, san koule, kote moun ap pèdi lavi yo ke ou menm sèlman Mesye Prezidan kapab evite.

Pose aksyon touswit, aksyon ki klè menm si yo kapab fè ou mal. L’istwa pap manyenw trò fò e l’istwa ap pi favorab pou ou.

Resevwa Mesye Prezidan, salitasyon patriyotik nou.

ANN FÈL YON LÒT JAN

Dr Eddy Delaleu, D.D, Secrétaire Général-FDHI  

mb : Dr.ED, ASMM, PRJ, SJD


cc : Bureau Exécutif National, Saintfard Charles Saintvil, Responsable Affaires Politiques-FDHI, Coordination Nationale, Agronome Stervil Mackingson Mackindy, Coord. Général-Patfòm Pitit Zansèt yo Reveye PPZANREV, Pierre Richard Joseph, Secrétaire de Mobilisation-Pèp Moyiz Pou Demokrasy OPMD, Syervil Josué Desir, Coordonnateur KRI-PEP Pierre Saint-Ange, Coordonnateur Centre du Vodou Haitien CVH, Christnora Chery, Coordonnatrice Asosiasyon Vodou Sid Ès AVOSE, Mirlande Jean, Coordonnatrice Oganisasyon Fanm Progresis Dayiti OFPD, Evelyne Dorime, Coordonnatrice Òganizasyon Fanm pou Demokrasi OFD Et autres Organisations Populaires à travers le pays...


VERSION FRANCAISE


Pétion Ville, le 27 Octobre 2018 

NOTE DE PRESSE 

Lettre ouverte au Président de la République M. Jovenel Moïse 

Appel à une Cohésion Nationale

Monsieur Jovenel Moïse, Président de la République

M. le Président,

Nous, au sein du Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, avions constaté votre effort dans la lavure de votre entourage au Palais National sur le dossier PETRO CARIBE. Aussi bien le besoin de vous complimenter est là mais Monsieur le Président, le constat est un peu décevant dans ce nettoyage que nous considérons partiel, masqué et inacceptable.

Vous voyez Monsieur le Président, il est dans votre intérêt et celui de la nation de prêter une oreille attentive au cri du peuple comme je vous l’avais dit récemment dans mon dernier message. Le peuple n’est plus stupide et malgré leurs problèmes sociaux et leurs problèmes économiques, le peuple non seulement est plus résilient, mais aussi est devenu plus intelligent.

Alors que nous condamnons certains comportements destructeurs, je veux en profiter pour dire au peuple que ce mouvement PETRO BIZANGO initié pas trop longtemps, n’est pas l’objectif de PETRO JUSTICE, c’est plutôt une déviation d’un petit groupe qui crée une distraction controverse de la lutte pour la justice que la grande population réclame. La destruction des biens privés et publiques n’est pas là le chemin de justice escomptée, une autre forme de pression est souhaitable pour que vous soyez du côté de la loi.

Le malheur sillonne sur notre nation. Vous Monsieur et vous seulement a le pouvoir de l’atténuer et éviter ce que j’envisage comme pire pour le pays. Vous devriez, Monsieur le Président, jouer le rôle de RASSEMBLEUR et en profiter de cette crise pour ramener ensemble toutes les têtes pensantes de différents Partis Politiques rêveurs d’une vraie nation, toutes les couches de notre société avant qu’il soit trop tard pour vous. Vous devriez saisir cette opportunité pour mettre HAITI avant toute chose et même avant votre propre personne. Une COHESION NATIONALE s’avère importante à travers vos actions claires et honnêtes pouvant inspirer confiance à un peuple qui ne croit plus en vous. Par contre, il n’est jamais trop tard pour bien faire…

Le problème d’Haiti est beaucoup plus grave que la crise PETRO CARIBE. Si vous ne prenez pas le temps et la clairvoyance nécessaire pour en déduire les conséquences, l’histoire ne vous pardonnera pas.

Le Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI veut formellement vous avertir Monsieur le Président que votre action immédiate est de bloquer dans l’œuf cette catastrophe humaine qui se branle sous notre seuil. Seul votre leadership et votre capacité de vous sacrifier pour une nation que vous avez juré de travailler pour le bienêtre social et économique du peuple peuvent sauver cette perturbation humaine.

Pendant que nous prêchons l’Union fait la Force, ne laissez pas que notre désunion fait notre faiblesse. Moi, Dr. Eddy Delaleu à la veille du mois de Novembre 2018, je fais appel à la nation de s’unir aujourd’hui même ; que vous soyez du secteur privé, du secteur publique ou autre ; que vous soyez protestants, catholiques ou vodouisants ; que vous soyez Dessalines ou Pétion, que vous soyez de la ville ou de la province ; que vous soyez femmes ou hommes, jeunes ou vieux, policiers ou civils : je demande à vous tous, aujourd’hui même, de NOUS UNIFIER autour d’un seul objectif de sauver Haiti des jours noirs et des bains de sang, des pertes inutiles de vies humaines que seul vous Monsieur le Président êtes capable d’éviter.

Posez immédiatement des actions claires même si elles peuvent vous porter préjudice. L’histoire vous sera plus atténuante et beaucoup plus favorable.

Recevez Monsieur le Président, nos salutations patriotiques.

ANN FÈL YON LÒT JAN


Dr Eddy Delaleu, D.D Secrétaire Général-FDHI

mb : Dr.ED, ASMM, PRJ, SJD cc : Bureau Exécutif National

Saintfard Charles Saintvil, Responsable Affaires Politiques-FDHI, Coordination Nationale, Agronome Stervil Mackingson Mackindy, Coord. Général-Patfòm Pitit Zansèt yo Reveye PPZANREV, Pierre Richard Joseph, Secrétaire de Mobilisation-Pèp Moyiz Pou Demokrasy OPMD, Syervil Josué Desir, Coordonnateur KRI-PEP, Pierre Saint-Ange, Coordonnateur Centre du Vodou Haitien CVH, Christnora Chery, Coordonnatrice Asosiasyon Vodou Sid Ès AVOSE, Mirlande Jean, Coordonnatrice Oganisasyon Fanm Progresis Dayiti OFPD, Evelyne Dorime, Coordonnatrice Òganizasyon Fanm pou Demokrasi OFD, Et autres Organisations Populaires à travers le pays...

NOTE DE PRESSE REFLECHISSONS ET AGISSONS EN UNE VRAIE NATION INDEPENDANTE

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on May 27, 2019 at 1:15 PM Comments comments (103)

Malè avèti pa tiye kokobe

Haiti aujourd’hui fait face à une crise qui dégénère de jour en jour et semble-t-il que notre gouvernement ne tient pas compte de sa gravité. Apparemment plusieurs de nos compatriotes tendent à tomber dans le piège d’une complicité inconsciente de notre incrédulité de prendre des décisions collectives nécessaires pour sortir de cette apathie nationale qui alimente notre subconscient.

Un fait reste certain qu’un beau matin, tout Haïtien indistinctement indépendamment des troubles corruptifs liés à la crise Pétro Caribe et autres se trouve endetté par l’action de corrompus toujours libres et même moqueurs de la situation. Mais en dépit de cette réalité, ce qui nous échappe c’est cette tendance de violences qui se multiplie jour après jour et qui décrit notre société pour ce qu’elle n’est pas. Peu de nous prenons note alors que le gouvernement adresse la situation par des actions inconsistantes, sans substances qui enflamment encore plus notre jeunesse universitaire et la population en général à une révolte dont les conséquences sont impossibles à imaginer. Si seulement le gouvernement pouvait porter des corrections préventives à long terme, cela pourrait éviter le pire.

Les tueries deviennent la norme et continuent à être le spectacle quotidien de la nation et de l’internationale. Par la réaction latente du gouvernement et peut être par son laisser faire, nous continuons à perdre nos policiers et de jeunes innocents pendant que simultanément les soi-disant bandits jugent, condamnent et exécutent. Les spectacles sanglants continuent sous une forme ou sous une autre, la perte de nos agents douaniers, des deux victimes à Malpasse, des meurtres un peu partout et les images des exécutions arbitraires continuent à semer la terreur tant sur le sol national qu’à l’extérieur du pays. Nos enfants deviennent des agents d’intelligence des bandits et leur questionnement public diffusé à travers les medias ne nous épargne pas les remarques interrogatives de la Diaspora et de l’internationale sur ce que nous voulons réellement être en tant que nation.

Nous, au sein de Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, demandons du gouvernement des corrections administratives directes et immédiates et nous ne parlons pas de programmes d’assistance qui pour des années humilient un peuple soumis à des besoins gastriques immédiats et temporaires. Le peuple a besoin d’emplois permanents mais non la permanence dans la mendicité.

Mais le problème est encore pire qu’on puisse l’imaginer. L’urgence est là et nous regarde droit dans les yeux. Notre gouvernement semble-t-il est ignorant du danger imminent et notre peuple encore plus. A cause des relations occasionnées par des facteurs géographiques et entretenues par certaines entités politiques, sur le plan géopolitique notre position se détériore avant même notre développement en retard de plus de 214 années. Nous avons grandi en tant que nation pourtant, aujourd’hui nous devrions être en plein développement mais, nous sommes, vraisemblablement, tous d’accord pour nous laisser nous dégrader et mourir sans essayer de vivre.

Aujourd’hui Haïtiens, Haïtiennes, mes frères et sœurs, par la nonchalance et la passivité de notre gouvernement, les Etats Unis d’Amérique sont prêts à occuper cette partie de l’ile, notre chère Haïti ; car ses intérêts sont menacés alors que nous ignorons les nôtres. Dans cette crise, Haïti est en plein milieu de la République Dominicaine, la Chine, la Russie et les Etats Unis d’Amérique. La situation est très critique alors que nous nous entretuons, ils décident pour nous de notre avenir.

Si le Gouvernement Moïse-Céant n’arrête pas ces atrocités despotiques, nous risquons de perdre encore notre liberté pour laquelle nos ancêtres se sont sacrifiés. Est-ce cela, notre fierté de peuple ? Nous ne pouvons, entre nous, continuer cet affrontement sans merci. Si nous aspirons à la paix et le bienêtre, aucune nation, aucune force étrangère ne nous accorderont le loisir de les atteindre. C’est à nous, en tant que peuple, en tant que Partis Politiques d’unir toutes nos forces pour que nous respirions l’air du développement réel.

Réfléchissons et agissons en une vraie nation indépendante.

Malè avèti pa tiye kokobe.

AN NOU FÈL YON LÒT JAN

Dr. Eddy DelaleuD.D                                                                                                                                                                                                  Secrétaire Général, FDHI

Directeurs de Média

JOURNEE MONDIALE DES PERSONNES HANDICAPEES

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on May 10, 2019 at 11:35 AM Comments comments (110)

Pétion Ville, le 3 Décembre 2018

Nous ne savons pas en effet ce que c’est qu’une personne handicapée, alors que nous pensons que nous sommes tous parfaits. Le sommes-nous vraiment ? Personne je crois, n’oserait penser se déclarer parfait de la manière dont il existe.

Peut-être devrions-nous être dans la peau de ces personnes à mobilité réduite pour mieux comprendre les peines et les souffrances relativement liées à leurs mobilités restrictives. Notre société en 2010 a subi en un temps record l’expérience soudaine des conséquences d’un handicap. Alors que nous évoluons en tant que société nous devons sans préjudice aucune, répondre a cette partie de la population en exigeant de notre gouvernement un plan social qui serait adapté à leurs besoins tout en incluant des programmes de thérapie physique, des rampes d'accès et/ou d'ascenseurs pour faciliter ceux qui vadrouillent en fauteuil roulant, les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées. Nous sommes tous concernés même à la plus lointaine Section Communale. Nous devons ensemble nous engager dans la mise en avant des droits de toute personne en situation psychique ou de mobilité réduite. Cette action serait plus qu'indispensable si nous voulons une société humaine et moderne ou tout le monde est considéré égal. Nous devons nous réveiller pour propulser cette politique dans tous les coins du pays pour une prise de conscience et une prise en compte intégrée de l'ensemble des citoyens et pour se prémunir avec vigueur contre ses conséquences.

La prise en charge des personnes en situation de mobilité réduite/handicap physique ou handicap psychique est notre responsabilité en tant qu’une République. Ces inquiétudes ne doivent plus les inquiétudes des personnes qui souffrent et leurs proches, elles doivent être les inquiétudes de notre société et plus spécialement celles de notre gouvernement. Evitons de laisser la charge aux organisations, cela constitue dès l’initiative un échec dans le traitement de cette problématique. Nous sommes tous concernés et nous sommes tous responsables du bien-être des personnes handicapées physiquement, psychiquement ou les deux.

Aujourd’hui, nous ne célébrons pas mais plutôt nous prenons conscience et connaissance d’une problématique qui mérite d’être résolue de façon institutionnelle dans un programme social, thérapeutique intégré.

Nous sommes tous prêts moins d’une seconde d’expérimenter la douleur de cette isolation sous le titre de Personne Handicapée. Peut-être il est le moment en ce jour du 3 Décembre 2018 pour nous rappeler que nous ne sommes pas aussi parfaits avec notre attitude aussi déplaisante envers autrui. Si nous insistons a négliger une personne handicapée, peut-être il serait mieux d’expérimenter une journée avec des béquilles et rapidement nous cesserons nos vieux discours et nos comportements inhumains.

Au nom du Parti Politique Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, je ne souhaite pas une célébration coutumière mais plutôt une célébration de la vie, d’amitié, de liberté et de fraternité et de rappeler que nous sommes tous égaux et que nous sommes tous handicaps avec nos propres limitations. Avec APHC et autres organisations, célébrons des activités de mise en valeur des personnes handicapées et supprimons nos préjugés et autres stéréotypes contre les handicapés.

AN NOU FÈL YON LÒT JAN

Dr. Eddy Delaleu, D.D                                                                                                                                                                                                  Secrétaire Général, FDHI

NOTICE DE REVOCATION DE MANDAT

Posted by Bureau de Formation et de Communication, FDHI on October 16, 2018 at 1:25 AM Comments comments (260)

Mr. Amos Duboirant,

Pendant déjà six mois, en tant que Secrétaire Général du Parti Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, je vous ai observé avec beaucoup de plénitude dans le cadre de votre mandat que je vous ai octroyé au nom de FDHI. Vous aviez reçu une LETTRE DE BLAME en date du 2 Juillet 2018 et malgré cela, vous continuez à commettre plusieurs infractions administrativement graves. A maintes reprises, je vous ai avisé du danger qu’un pareil comportement représente pour votre personne et celle du Parti.

Votre refus de vous soumettre aux exigences conformes du Parti, votre constant défi public à certaines décisions que je prends au nom du Bureau Exécutif (BEN) et du Parti, vos insultantes remarques publiques contre certains membres du Parti, vos persévérantes interférences dans les affaires et décisions des Coordinations Départementales, vos arrogantes remarques et le manque de respect des membres du Forum What’s App, ont atteint un niveau excessivement dangereux pour l’avenir du Parti. Votre attitude est antihiérarchique et prouve les difficultés que je puisse m’envisager que vous allez faire face dans quelconque position administrative publique, politique ou privée que vous aspirez de briguer.

Pour toutes ces raisons accumulatives à travers ces derniers mois et récemment aujourd’hui, et malgré mes efforts personnels de vous ramener à bord, c’est avec regret que je révoque votre mandat et toutes activités au nom du Parti effective immédiatement. Je profite de cette opportunité pour vous rappeler de vous acquitter de votre dette envers l’institution FDHI dont je n’ai point besoin de vous rappeler les détails vue la teneur publique de cette correspondance.

En outre, nous sommes au courant de vos démarches auprès d’autres Partis Politiques et regroupements, un comportement que je juge traditionnellement inacceptable et même répulsif pour quelqu’un qu’on a cru être un Porte-Parole National de notre vision. Je vous rappelle que vous êtes toujours considéré membre du Parti mais, si votre décision est de désister par suite de vos démarches, veuillez soumettre une demande de révocation de membre immédiatement.

Au nom de Force Démocratique Haïtien Intégré-FDHI, je vous souhaite bon succès et reste patriotiquement vôtre.

Dr. Eddy Delaleu, D.D                                                                                                                                                                                              Secrétaire Général, FDHI

mb : Dr.ED cc : Bureau Exécutif National 



Rss_feed